Accueil / Actualité / Doing Business 2019: Le Sénégal perd une place

Doing Business 2019: Le Sénégal perd une place

Le Groupe de la Banque mondiale a publié, hier mercredi, son rapport Doing Business 2019 intitulé: « Formation pour mieux reformer ». Pour la troisième année consécutive, l’Afrique subsaharienne bat son propre record pour le nombre de réformes réglementaires facilitant les affaires.

Selon Rewmi,  Le classement du  Sénégal pour le Doing Business 2019 n’est pas satisfaisant. Le Sénégal pointe à la 141e position sur 190. Ainsi, il a perdu une place par rapport à sa position de l’année précédente où il occupait le 140rang. La présente édition marque la sixième année consécutive où l’Afrique subsaharienne affiche le plus grand nombre de réformes réglementaires facilitant les affaires. Un tiers des réformes recensées par le Doing Business 2019 dans le monde ont eu lieu dans des pays d’Afrique subsaharienne. Avec un total de 107 réformes, cette région détient le record mondial pour la troisième année consécutive. En outre, cette année marque également un record en termes de nombre de pays ayant engagé des réformes : 40 des 48 économies de la région ont mis en œuvre au moins une réforme, contre 37 pour le record précédent il y a deux ans. Avec 27 réformes, c’est dans le domaine de l’exécution des contrats que le plus grand nombre de réformes ont été mises en œuvre dans la région, suivi par la création d’entreprise (17 réformes) et le transfert de propriété (13). En 2017, les 17 États Parties de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) ont adopté un Acte uniforme relatif à la médiation, qui vient pallier le vide législatif qui existait dans la plupart des États membres de l’OHADA sur la médiation comme mode amiable de règlement différends. Quatre pays d’Afrique subsaharienne, le Togo, le Kenya, la Côte d’Ivoire et le Rwanda, figurent dans la liste des 10 pays les plus réformateurs cette année. Sur les 12 derniers mois, ces pays ont mis en œuvre 23 réformes au total. Le Rwanda est le pays de la région à avoir introduit le plus grand nombre de réformes : sept au cours de l’année passée. Avec cinq réformes à leur actif chacun, le Gabon, la Guinée et le Soudan font également partie des grands pays réformateurs. Avec huit réformes à son actif dans le domaine du raccordement à l’électricité, l’Afrique subsaharienne détient le record mondial.

Le raccordement à l’électricité, le commerce transfrontalier et le  transfert de propriété, les  défis à relever

Par contre, l’Afrique subsaharienne a affiché en revanche des contreperformances pour le raccordement à l’électricité (145e), le commerce transfrontalier (139e) et le transfert de propriété (131e). Il faut en moyenne 112 jours pour obtenir un raccordement électrique permanent au réseau, contre 86 jours en moyenne dans le reste du monde.

En  effet, cette année, le rapport présente quatre études de cas qui soulignent les avantages. Il s’agit de la formation annuelle obligatoire des agents de la fonction publique et des utilisateurs des registres du commerce et des registres fonciers ; de la formation des agents de dédouanement et des commissionnaires en douane ; du cadre réglementaire robuste du secteur de l’électricité et de la certification de la profession d’électricien  et de la formation et de la spécialisation des juges.

Sur admin

Vérifier aussi

Vidéo: Un chauffeur fou furieux sème la panique sur la circulation(Regardez)

Quand est ce que les Sénégalais vont se départir de l’indiscipline. Dans cette vidéo un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *