Accueil / Politique / Manifestations contre le vote du parrainage : « Ousmane Ngom » va-t-il sévir !

Manifestations contre le vote du parrainage : « Ousmane Ngom » va-t-il sévir !

La  grande  mobilisation des anti-parrainages annoncée devant les grilles de l’assemblée nationale pour protester contre le vote du projet de loi,  ce jeudi 19 avril 2018, risque si l’on n’y prend pas garde, de se heurter à l’arrêté Ousmane Ngom. Pouvoir et opposition sont déterminés à croiser le fer. Ce qui fait que si la manifestation est interdite, il y a fort à parier que les avenues menant à l’assemblée nationale soient quadrillées par les forces de l’ordre.

Le Front démocratique et social de résistance (Fdsr) regroupant 27 partis politiques,  des mouvements citoyens, des organisations démocratiques et sociales signataires, est en train de dérouler sa stratégie pour contrer les manœuvres du Président de la République. Cette vaste plateforme des forces citoyennes, politiques et sociales compte s’opposer avec la dernière énergie, devant les grilles de l’assemblée nationale, au vote du projet de loi sur le parrainage. Mais si toutefois l’arrêté Ousmane Ngom est opposé à cette bourrasque des anti-parrainages, les choses risquent de se corser. En effet, l’arrêté Ousmane Ngom stipule que les espaces comme la Place de l’indépendance et la place Soweto, entre autres, sont désormais exempts de toute manifestation politique. Mais le projet de loi sur le système de parrainage n’est pas seulement l’unique préoccupation de Front démocratique et social de résistance (Fdsr).La distribution transparente des cartes d’électeur par des commissions compétentes, l’implication des partis et des structures de contrôle du processus électoral, la poursuite de la campagne de révision exceptionnelle des listes électorales jusqu’au mois d’août, la séparation du vote des militaires de celui des civils pour éviter l’utilisation abusive des ordres de mission, l’arrêt définitif des répressions politiques et l’instrumentalisation de la Justice pour cibler  les candidatures à l’élection présidentielle prochaine, la mise en place d’une commission arbitrale désignée conjointement par le pouvoir, l’opposition, les non alignés, et la société civile, entre autres ; sont les principaux points d’achoppement qui poussent les manifestants à se dresser à la place Soweto, ce jeudi.

Sur La Redaction

Vérifier aussi

Le parti « Rewmi » attristé par la disparition de Bruno Diatta…

Le Parti Rewmi, suite au décès de M. Bruno Diatta, chef de Protocole de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *