Accueil / Actualité / Me El H. Diouf répond à la Dap: « L’administration pénitentiaire nous oblige à porter plainte »

Me El H. Diouf répond à la Dap: « L’administration pénitentiaire nous oblige à porter plainte »

Me El Hadji Diouf a apporté hier la réplique à la directeur de l’Administration pénitentiaire (DAP). Cela fait suite à la publication récemment du communiqué de ladite administration qui dément les propos tenus lors de la conférence de presse des avocats de Assane Diouf.

C’est comme qui dirait une balle de ping-pong. Les attaques et contre attaquent qui sévissent entre les avocats de « l’insulteur public n° 1 » et la directeur de l’administration pénitentiaire (Dap). « C’est pour mettre un terme à la tentative de manipulation de l’opinion par la direction de l’Administration pénitentiaire. Elle a menti, elle a voulu tromper l’opinion en disant que Assane Diouf fait l’objet d’un traitement royal, qu’il a une chambre individuelle avec téléviseur, ce qui est vrai. Mais qui a besoin d’une chambre individuelle alors qu’il n’a pas le droit mème de communiquer ? » indique le conseil d’Assane Diouf aux journalistes.

Me El Hadji Diouf d’ajouter: « On l’a enfermé dans une cellule de punition qu’on appelle chambre individuelle comme dans les cliniques où on prend des chambres individuelles pour les Vip. C’est malhonnête. Le procureur attend un ordre d’en haut pour le, juger ». Selon l’avocat, son client est aujourd’hui détenu de façon « illégale et arbitraire ». Il a rappeler que le mis en cause a été torturé en prison par des gardes pénitentiaires. A l’en croire, il est resté un mois sans recevoir une seule visite de ses parents et que son épouse, venue des Etats-Unis, est rentrée sans voir son mari.

« Au début, nous ne voulions pas de bras de fer avec l’administration pénitentiaire, mais elle nous oblige à porter plainte », prévient-il. Pour Me El Hadji Diouf, son client est « un otage de l’Etat du Sénégal qui viole toutes les lois sénégalaises en le maintenant en prison, en refusant de le juger« . L’avocat qui a convoqué la presse dans le hall du Tribunal n’a pas eu le temps de terminer son face-à-face. Le gendarme, chef de poste du palais de justice, a demandé aux journalistes de tout arrêter sous prétexte qu’il est interdit de tenir une conférence de presse sur les lieux.

Toubatv.net  senegal7

Sur admin

Vérifier aussi

Procès, Boy Djinné devra encore patienter

La grève du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) fait renvoyer le procès de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *