Accueil / Actualité / Souvenir : Onze ans après son rappel à Dieu, Serigne Saliou Mbacké reste vivace dans le cœur des Sénégalais

Souvenir : Onze ans après son rappel à Dieu, Serigne Saliou Mbacké reste vivace dans le cœur des Sénégalais

Fils de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, Serigne Saliou Mbacké est presque méconnu en raison de ses multiples dimensions tant spirituelles que  contingentes.5ième Khalife des mourides, sa soumission à Dieu, au prophète Mohameth (Psl) et aux prescriptions de son père, fondateur du mouridisme, est incommensurable.

Né en 1915 à Diourbel, Serigne Saliou Mbacké est un guide religieux dont la notoriété dépasse les frontières du Snégal et de l’Afrique. Doté d’une humilité spirituelle inestimable, le 5ème Khalife des mourides était adulé par la communauté mouride et toute la Oumah Islamique. De son vivant, l’éducation des enfants était la  priorité de  ses priorités. Ses Daaras  où les étudiants travaillaient dans les champs éparpillés à travers le pays (Ngott, Ndipandal, Ndiouroul,Ndooka…) datent de plus d’un demi-siècle. Et enfin Khelcom le dernier établissement qu’il a mis en place  est devenu une référence tant sur le plan de l’éducation spirituelle que sur le plan économique et social. Dans ses écoles, l’enseignement du Coran et l’éducation religieuse étaient associés au travail pour indiquer qu’il s’agissait d’activités inséparables. Grâce à lui, le mouridisme est devenu une voie soufi connue de par le monde. Serigne Saliou Mbacké tenait beaucoup à l’éducation des enfants .L’apprentissage du travail chez les jeunes qui étaient dans ses daraas  leur conférait la conscience qui permet à l’homme de s’accomplir, d’être utile à lui-même et à la communauté. Quant à l’éducation, elle a avait pour but dans ces Daaras de faire connaitre aux jeunes disciples le sens de la vie,les règles de comportement dans la société, les normes spirituelles et morales dont l’observation assure à chacun la sauvegarde de son humanité. L’accent est également mis sur les sciences religieuses car pour Serigne Saliou, la foi en Dieu est la principale dimension de l’homme. Cette entreprise d’éducation, qui s’adressait à des milliers d’élèves était entourée du plus grand soin de la part de Serigne Saliou qui y consacrait d’énormes ressources, donnant ainsi le signe d’un engagement personnel, profond.. Grand producteur, il a réalisé un énorme projet agricole (Khelcom) sur une surface de 45 000 ha. Il reprit de nombreux travaux de rénovations aussi bien internes qu’externes de la mosquée et la construction de l’université islamique qu’avait entamée son frère aîné, Abdoul Ahad Mbacké. Il met en œuvre un plan de viabilisation de terrains d’environ 100 000 parcelles et un réseau d’électrification de la ville. De même, des canalisations ont été construites pour une meilleure évacuation des eaux de pluie. Voici 11 ans que cet illustre homme de    Dieu nous quittait mais ses œuvres gigantesques et ses dimensions spirituelles semées dans le tréfonds de ces disciples restent toujours vivaces. Et les enfants qu’il gardait en permanence  dans son ombrage, témoignaient  de l’humilité divine dont il s’était abreuvé avec dévotion. Serigne Saliou est parti sans être parti car il restera à jamais dans le cœur des musulmans de la Oumah Islamique, des mourides, des sénégalais et  de ses admirateurs tapis aux quatre coins du monde. Loin de vouloir cerner cette illustre personnalité religieuse, nous nous sommes prescrit le devoir de saluer sa mémoire et d’offrir un pan de ses multiples dimensions tan spirituelles, économiques que sociales.

Sur admin

Vérifier aussi

(photos) Lumière sur la photo de Serigne Touba marchant près de la Grande Mosquée

Ces derniers jours, la toile s’affole pour une photo qui présente parfaitement la silhouette de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *